Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Aphrodite

  • #05 Apparences trompeuses

    Qui sont ces personnes enclines à tromper ? Ont-elles un trait commun, au delà des apparences ?

    Lire la suite

  • #04 La tromperie : les bases

     

    Su... n'est pas tromper, et dans le c.., ça compte pas.

    Citation populaire

     

    A-t-on affaire à une vérité objective ? Difficile d'y voir clair... Nous croulons sous les adages en tout genre, sur ce sujet :

     

    Quand un homme trompe sa femme, ça n'est pas forcément grave. C'est peut-être pour l'hygiène.

    Il existerait donc, chez le mec, une séparation nette entre la dimension sexuelle et la dimension affective...

     

    Quand une femme trompe son homme, là c'est grave, ç'est qu'elle recommencera ou qu'elle fera sa valise...

    La fin de cette phrase ne fait que renforcer le message selon lequel, chez les filles, amour et sexe ne feraient qu'un. Mais à quel moment peut-on réellement parler de tromperie ? Existe-t-il une définition universelle de la tromperie ? Malheureusement, il semble que cette définition ne soit pas la même suivant le rôle : trompeur et trompé ne verront certes pas les choses pareil. Voici quelques situations bien connues, dont l'analyse pourrait apporter un éclairage.

     

    1. Le coup du message écrit (SMS, réseau social, pigeon voyageur, etc...)

    Un individu lambda se retrouve à démarrer un nouvel échange écrit. Ces échanges deviennent réguliers, et il surveille, plus que d'habitude, sa messagerie pour voir si son interlocuteur privilégié lui a écrit ou répondu. Il ne parle pas, autour de lui, de ses échanges. Ni a son conjoint, ni à personne – sauf à un éventuel confident. Petit à petit, cette relation devient secrète et intimiste.

    Y'a-t-il tromperie ? Pour lui, non – ou en tout cas, pas pour le moment. Pour son conjoint tenu à l'écart, très clairement, oui.

     

    2. Le coup du café (thé, chocolat, et autres boissons non-prohibées...)

    Il se retrouve à prendre un café ou un verre en tête-à-tête avec une personne qui lui plaît et, à priori, à qui il plaît. Naturellement, il « oublie » totalement d'en parler à son conjoint, et choisit soigneusement un lieu où il ne risque pas d'être surpris par une connaissance.

    Y'a-t-il tromperie ? Pour lui, non – toujours pas. Pour le conjoint tenu à l'écart, encore une fois, très clairement, c'est oui.

     

    3. Le coup du cinq-à-sept (en sourdine, bien entendu...)

    Il se retrouve à prendre du bon temps, toujours sans consulter ni informer son conjoint. Par « bon temps » on comprendra tout rapport charnel incluant sueur, orgasme et nombre de mots qui finissent en -tion.

    Ici, nul besoin de reposer la question, de se demander s'il y a tromperie ou non : il devient plus compliqué, pour notre individu lambda, de s'imaginer qu'il n'est pas en train de tromper son conjoint.

     

    A aucun moment nous n'avons suggéré qu'il y avait une dimension affective à ces trois situations... pour l'instant. Sous entendu, chacune de ces situations peut se répéter, éventuellement avec la même personne : on dépasse alors le stade de la simple tromperie pour arriver à une relation triangulaire. Qu'on parle de relation par messages écrits, de cafés occasionnels ou de rapports physiques, il y a mise à l'écart d'une personne prétendument aimée. Cela pose un dilemme évident du côté de la personne trompée, et devrait en poser un du côté de la personne qui trompe... même si cette dernière peut arriver à se convaincre que non, elle n'a trompé personne. Quoi qu'il en soit, si la prise de conscience arrive, il faudra se poser la question clé : avouer la faute, ou se taire à jamais.

     

    Au final, seul celui qui est trompé peut en juger. Chercher des circonstances, atténuantes ou aggravantes, tout remettre en question... Il peut, au contraire s'incliner et fermer les yeux, conscient d'avoir peut-être poussé l'autre à la faute, par négligence. Pardonner... ou non.

     

     

  • #03 Jolie petite histoire

     

    « (…) et ils vécurent heureux, et eurent beaucoup d'enfants »

    Extrait d'un compte de fées à la sauce Disney

     

    (...) dans quelle mesure ces contes, et leur conclusion heureuse, sont-ils à l'origine de nos échecs affectifs ? 

     

    Lire la suite

  • #02 Le second rôle

    Mais où peut donc aller une histoire entre deux personnes qui éprouvent une attirance mitigée, des sentiments mitigés, et qui posent l'une sur l'autre un regard hésitant ? En d'autres termes, pour reprendre une image que nous connaissons bien, désormais : que faire d'un acteur qui peut prétendre, au mieux, à un second rôle ?

    Lire la suite